L'animation évolue

               vos pratiques aussi

​Considérée depuis longtemps comme le moyen d'occuper le temps, l'animation se résume encore au nombre d'activités proposées dans un EHPAD. Ses missions : donner vie à un lieu, créer du désir chez les résidents, les rassembler et leur garantir une bonne santé en les maintenant actifs.

 

Quotidiennement, animateurs et soignants sont ainsi chargés de diriger des ateliers selon leurs goûts et leurs possibilités. "Faire l'animation" amènent les résidents à "consommer des activités".

 

Elle est utile pour amorcer une dynamique de vie dans la mise en oeuvre d'un projet social et culturel sur une résidence ou une unité de vie.

Car les résidents, les familles et l'institution n'attendent pas :

"Il faut que les lieux vivent ! ".

"Aller aux animations"   "Faire de l'animation"

 
Être occupé
L'animation est aujourd'hui sociale et culturelle

S'EXPRIMER

ÊTRE RECONNU

SE RÉALISER

CRÉER DU LIEN

SE PROJETER

DÉSIRER

L'animation répond aux attentes sociales et culturelles des personnes âgées

​Proposer uniquement des activités occupationnelles amène les résidents à éprouver de L'ENNUI. Qui souhaiterait consommer tous les jours des activités ludiques ou culturelles ? Certaines personnes en raffolent. Pour d'autres, le vide existentiel s'installe : "Pourquoi ? Qui suis-je parmi ces spectateurs ? A quoi je sers ?".... L'animation définie comme activité occupationnelle a ses limites et ne répond plus aux véritables attentes des personnes.

 

Susciter le désir et le plaisir ne suffit donc plus. Si l'on écoute les résidents et leurs familles, ils expriment le désir d'un projet de vie personnalisé qui reconnaisse les habitudes passées et nouvelles de la personne. Comment être reconnus au sein du collectif en tant qu'individu avec son histoire, son vécu, sa culture, un mode d'expression singulier, ses attentes et aspirations ?

 

Par conséquent quelles activités proposer ? Les résidents nous le disent, écoutons-les : "Faire une activité pour rencontrer d'autres personnes - essayer l'aquarelle car j'aime apprendre - marcher car cela me détend et me sort de chez moi - faire parti d'un groupe qui m'attend, avec lequel je peux rire - écouter des conférences car je m'y intéresse depuis longtemps -  rencontrer Isabelle dans la salle snoezelen pour me recentrer".... 

 

 

L'animation : être et exister

Ainsi, ce n'est pas le "QUOI FAIRE ?" qui importe mais "POURQUOI FAIRE ?" L'activité a t-elle un sens pour le résident ? En est-il vraiment l'acteur ? Ne serait-ce qu'en décidant d'y venir, le résident agit en se préparant, en participant à l'activité selon ses possibilités, en prenant rendez-vous pour une autre rencontre.... Il se sent IMPLIQUÉ et MOTIVÉ.

 

Ce qui devient important n'est plus de réaliser "un repas presque parfait", mais comment la personne le vit, le ressent et partage ce moment. Si l'animation ne consiste qu'à faire des activités, d'une part on met le résident en situation d'échec par sa perte d'autonomie, d'autre part on néglige les richesses et potentiels de l'être humain, à savoir : sa façon d'être, son humour, la qualité des échanges, la rencontre, la surprise, le partage, le lien qui se crée....

 

Pour y parvenir, il est nécessaire de s'interroger : 

quel regard portons-nous sur la personne en situation de dépendance ? Dans notre quotidien, "le résident Alzheimer" est-il encore une personne à nos yeux ? Sommes-nous capables de voir son potentiel et la richesse qu'il pourrait apporter aux autres ? Comment accueillons-nous sa déambulation, ses comportements agressifs ?  Une personne en perte d'autonomie est-elle seulement impotente ou n'avons-nous pas le devoir de créer avec elle des activités qui s'appuient sur ses potentiels ? Ainsi au-delà du FAIRE, il devient urgent de considérer l'animation comme le moyen et le support pour CONTINUER À ÊTRE.

 

L'animation, une culture du projet : des activités motivantes pour les résidents et les équipes

En conclusion, l'animation aujourd'hui se conçoit dans un sens plus global et prend en charge la qualité de vie des résidents au sein d'un établissement. Cela se traduit par la satisfaction du résident à choisir ses activités et son mode vie dans l'intimité de sa chambre ou au travers des relations sociales qu'il va tisser au quotidien. Dans cet esprit, l'animation devient projet, les résidents et les équipes en sont les acteurs, les activités les moyens.

 

 

 

 

 
 
Investir le temps
 
Demain
La personne vieillissante est à regarder au-delà de son handicap et de sa maladie

​Être à l'écoute des attentes des personnes par-delà les prises en charge médicales, c'est participer à l'évolution des EHPAD. C'est concevoir un prendre soin qui ne soit pas déconnecté des existences des personnes. Et c'est surtout affirmer que la vieillesse n'est pas une maladie. 

 

Anticiper les attentes des générations à venir

​Le multimédia commence à pénétrer dans les établissements en suscitant de nouvelles interrogations. Par conséquent, il nous faudra communiquer différemment et prendre en compte de nouveaux besoins. La liberté, la réalisation individuelle, l'épanouissement personnel devront être au coeur des projets de vie de ces nouveaux EHPAD. 

Exister

ETRE ACTEUR

DÉCIDER

FAIRE DES CHOIX

FAIRE PARTIE D'UN GROUPE

PARTICIPER

ÉCHANGER

Des réponses individuelles et collectives
La personne avant tout
S'adapter Inventer

Follow me

© 2023 by Nicola Rider.
Proudly created with
Wix.com
 

 

06 61 50 55 11

06 61 40 55 11  

  • Wix Facebook page
  • Twitter Classic
  • Google Classic